Dossier « Suisse-Afrique »

Dossier « Suisse-Afrique »

La Suisse continue à développer ses activités économiques en Afrique. Aujourd’hui, la Suisse est parmi les 10 premiers investisseurs sur le continent. Jeune Afrique a publié un dossier « Suisse-Afrique », à retrouver ici.

La Suisse a les employés les plus hautement qualifiés au monde. Voici pourquoi.

La Suisse a les employés les plus hautement qualifiés au monde. Voici pourquoi.

Dans le dernier Rapport sur la compétitivité mondiale du Forum économique mondial, la Suisse figure au premier rang mondial pour la formation professionnelle, la formation en entreprise et l’employabilité de ses diplômés.

La raison pour laquelle la Suisse se porte si bien n’est pas un secret : son système dual de formation professionnelle.

Lire l’article ici.

 

Source de l’article: World Economic Forum

Crédit photo : REUTERS/Denis Balibouse

Développement de nouveaux marchés régionaux en Afrique

Développement de nouveaux marchés régionaux en Afrique

« La plus grande zone de libre-échange du monde naît en Afrique »

Jennifer Anthamatten

52 Pays, plus d’un milliard de personnes, un produit économique de plus de 2 billions de dollars américains, et un potentiel de croissance considérable ! Voici quelques chiffres qui illustrent le potentiel de développement colossal de la future « plus grande zone de libre-échange du monde » en Afrique.

Des frontières plus étroites entre les différents pays membres, des échanges de biens et de services facilités avec une mesure phare qui vise à supprimer les droits de douane sur près de 90% des marchandises ce qui aura pour effet selon Jennifer Anthamatten auteure de l’article, d’augmenter le commerce intercontinental africain.

Cette zone pourrait également être un véritable levier d’opportunité pour les entreprises suisses..

Lire l’article complet.

Rédaction : Jennifer Anthamatten
Crédit photo: Unsplash

L’Afrique, la future grande puissance mondiale en énergies renouvelables

L’Afrique, la future grande puissance mondiale en énergies renouvelables

MALGRÉ LES EFFETS D’ANNONCE QUI PROMETTENT POUR DEMAIN L’ÉLECTRIFICATION DE L’AFRIQUE, LE CONTINENT RESTE LARGEMENT PLONGÉ DANS LE NOIR.

La capacité de l’Afrique à développer les énergies renouvelables et à ouvrir la voie vers une plus grande utilisation est de plus en plus évidente. Des plus vulnérables au changement climatique, le continent africain prendrait d’énormes risques en se privant de cette opportunité.

Ainsi, pour relever le défi du développement et du changement climatique, l’Afrique peut compter sur un fort potentiel énergétique renouvelable.

Si la production électrique offerte par les centrales traditionnelles est en progression lente mais constante, les modèles alternatifs misant sur de petites structures décentralisées (mini-réseaux, systèmes solaires domestiques…) paraissent désormais essentiels pour répondre au défi de l’accès universel à l’électricité en Afrique. Or, la capacité du continent à développer aujourd’hui ces structures locales est entravée par le manque de financement.

Lire l’article complet ici.

Source de l’article: VivAfrik
Crédit photo: © VivAfrik

Une initiative pour des ONG responsables

Une initiative pour des ONG responsables

« En attaquant les entreprises suisses, certaines ONG se soucient plus de leur publicité que du bien-être des cotonculteurs et laissent le champ libre à d’autres groupes, par exemple asiatiques », écrit Isabelle Chevalley, conseillère nationale vert’libérale

Dans un rapport, l’ONG Solidar Suisse conclut que les entreprises suisses qui ne peuvent pas s’assurer de l’absence de travail des enfants ne doivent plus acheter le coton du Burkina Faso. Par ce rapport, Solidar pousse les entreprises suisses à quitter le Burkina, car il leur sera impossible de s’assurer qu’aucun enfant parmi les quelque 3 millions de cotonculteurs du pays ne participe à des travaux agricoles.

Cette situation va laisser le champ libre à d’autres entreprises, par exemple asiatiques, dont les considérations sociales sont questionnables. L’Asie achète déjà plus de 80% du coton du Burkina et les dirigeants doivent se réjouir du départ de concurrents. Dès lors, nous pouvons nous demander quels intérêts sont défendus par Solidar, ceux des enfants burkinabés ou ceux des marchés asiatiques.

Lire l’article complet ici.

Source de l’article: Le Temps

Crédit photo: © Luc Gnago/Reuters

Technologies de la santé à Maurice: un marché très prometteur pour les entreprises suisses

Technologies de la santé à Maurice: un marché très prometteur pour les entreprises suisses

L’île Maurice connaît l’une des plus fortes expansions en matière de technologies et traitements médicaux en Afrique.

Si les pays africains se sont donné pour mission d’assurer leur propre production d’équipements médicaux à plus ou moins longue échéance, la réalité est tout autre: l’Afrique augmente ses importations pour être en mesure de répondre à la demande présente et aux besoins futurs. Il en résulte toutes sortes d’opportunités d’affaires pour les entreprises suisses.

Principaux segments du marché

Le secteur de la santé à Maurice est devenu un cluster intégré autour d’un groupe d’activités clés à haute valeur ajoutée, comme les appareils médicaux, le tourisme médical, la télémédecine, les thérapies alternatives et le bien-être.

Une multitude de sociétés multinationales – notamment les Suisses Novartis et Labatech-Pharma – investissent déjà dans des centres d’excellence à spécialités multiples ou super-spécialisés visant à répondre aux besoins croissants, ou exportent leurs produits à Maurice.

Nous vous invitons à lire l’article complet ici.

 

Source de l'article: Switzerland Global Enterprise
Crédit photo: © Pixabay