Zurich (awp) – Les échanges commerciaux entre la Suisse et l’Afrique se sont quelque peu repliés en 2019 en comparaison annuelle. Par ailleurs, le nombre de collaborateurs des entreprises basées en Suisse et travaillant sur ce continent a également reculé, annonce mercredi un rapport publié par Swiss-African Business Circle.

Les volumes d’échanges ont diminué de 3% à 5,7 milliards de francs suisses en 2019, soit 1,3% des échanges commerciaux globaux de la Confédération. En revanche en tenant compte de l’or, ces échanges ont bondi de 14% à 16,2 milliards de francs suisses, ce qui représente 2,8% des volumes commerciaux helvétiques.

Quelques sept pays captent environ 80% des échanges commerciaux suisse-africains. Il s’agit de l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Nigéria, le Maroc, la Libye, la Tunisie et l’Algérie, relève l’association favorisant les contacts d’affaires.

Les exportations de la Suisse quant à elles se sont inscrites quasi stables à 3,7 milliards de francs suisses mais la part des envois vers l’Afrique a baissé de 2% en 2009 à 1,5% en 2019 au niveau global. Les entreprises ont envoyé davantage de services et biens vers l’Egypte (+25%) et nettement moins vers l’Afrique du Sud (-9%).

L’or constitue pour sa part la principale matière importée de l’Afrique, notamment du Ghana (2,4 milliards), de l’Afrique du Sud (2,2 milliards), du Burkina Faso (1,7 milliard de francs suisses) et du Malawi (1,3 milliard).

Par ailleurs la Suisse a importé de nouveau plus de produits de la Libye en 2018 et 2019 sans pour autant atteindre le pic de 2009, période où 40% des importations helvétiques provenaient de ce pays.

Lire l’article ici

Source de l’article: zonebourse

lk/rp