Ce qui n’était encore qu’un projet au début 2018 – GlobalDiagnostiX – est devenu réalité en quelques mois et ce, entre autres, grâce à GLOSYA qui a levé 13 millions de francs pour concrétiser ce projet d’envergure. Dr. Beat Stoll, l’un des pères du GlobalDiagnostiX, a rejoint depuis l’équipe de Glosya afin de contribuer à identifier et déployer de l’équipement médical approprié en Afrique. Dr. Stoll est persuadé que mettre une technologie médicale fiable à portée des pays en développement ne peut se faire que par une collaboration interdisciplinaire avec des experts du terrain.

« Beat Stoll dépoussière l’image du médecin aux pieds nus soignant en brousse avec trois fois rien: la priorité, c’est de déployer la radiographie dans les hôpitaux de district; on renforcera ainsi la médecine de brousse. C’est quand il intervenait comme interniste au Cameroun qu’il a pris conscience de l’enjeu. Le déclic? «Beaucoup de mes patients mouraient des mêmes maladies qu’en Europe, mais je ne pouvais pas les diagnostiquer sans imagerie.»

Associé à Klaus Schönenberger et à son collègue de l’EPFL Bertrand Klaiber, Beat Stoll a pour objectif de mettre enfin la radiographie à portée des pays en développement. Une initiative de recherche basée à l’EPFL a été lancée dans ce but. «Nous avons compris qu’il fallait repartir de zéro», explique le Dr Klaus Schönenberger, qui coordonne le programme multidisciplinaire EssentialTech du Centre de coopération et développement de l’EPFL. Le pari est de mettre sur le marché un appareil de radiographie totalement repensé, adapté aux contraintes locales d’un hôpital de brousse.

De cette démarche de rupture est né un prototype sur le campus lausannois. Il est le résultat d’une intense collaboration multidisciplinaire et internationale, avec les Hautes écoles spécialisées (HES-SO) en Suisse et le Centre hospitalier universitaire de Yaoundé, au Cameroun. »

Lire l’article complet ici.

 

 

Source de l'article: Le Temps
Crédit photo: © Odile Meylan/Editions LED